Homme à femmes : démêler le vrai du faux

Un gigolo, ça gagne combien ? Question pour le moins abrupte à laquelle nous devons faire face quasi quotidiennement. En effet, nombreux sont les jeunes gens à nous contacter directement dans le but d'obtenir davantage de précisions à ce sujet. S'il convient de rappeler que notre agence se positionne exclusivement sur le marché de l'accompagnement privé à destination de la gent féminine, de nombreuses interrogations subsistent malgré tout et méritent d'être adressées de manière sérieuse.

 

Moultes fantasmes circulent au sujet des gigolos à Paris ou ailleurs : train de vie luxueux, une pression constante pour répondre aux desiderata de leurs clientes, culte du corps et de la performance... au final beaucoup d'idées reçues se propagent et forment une sorte de nébuleuse autour d’une profession qui finalement s’articule selon ses propres codes et ses propres règles. Loin de constituer une caste à part entière, les désormais célèbres escort boys sont souvent des travailleurs indépendants, plutôt solitaires et qui cultivent le goût du secret.

Devenir gigolo : le choix de l'argent facile ?

Selon notre expérience d’une part et d'après les informations recueillies sur le terrain d’autre part, ces travailleurs de l'ombre peuvent facturer de 150 à 600€ de l’heure, dépendant notamment du type de services proposés ainsi que de la durée envisagée (forte dégressivité des tarifs selon le temps passé).

 

De telles sommes peuvent paraître importantes voir astronomiques... mais deviennent plutôt dérisoires lorsque l'on compare avec les tarifs affichés par leur pendant féminin. En effet, le métier d’accompagnatrice de charme implique des montants 3 à 4 fois supérieurs et ce, quelle que soit la zone géographique désservie.

 

Depuis le durcissement des lois restreignant le racolage actif ou passif dans les lieux publics, une offre pléthorique a récemment vu le jour sur Internet, où chacun peut en quelque sorte faire son marché et satisfaire ses goûts charnels (du plus classique ou plus exubérant).  Les « hommes à louer » ne sont du moins pas en reste et cette activité commence à créer le buzz un peu partout comme en attestent les nombreux livres ou films dédiés à ce sujet jusque-là taboo. Une web série consacré à ce phénomène a d’ailleurs vu le jour récemment et remporte un franc succès en terme d’audience auprès d'un public tout à fait hétéroclite.

gigolo

Et si accompagner c'était... s'enrichir ?

Quel que soit le support médiatique utilisé, la vie de ces hommes est souvent caricaturée comment étant exclusivement motivée par l’appât du gain et guidée par l’appétit insatiable pour l’argent facile. Bien qu’il soit faux de nier la motivation financière, il est tout aussi erroné de croire qu'il s'agit de la seule dimension prise en compte. Alors que de nos jours, n'importe quel travailleur se bat en réalité pour un salaire, pourquoi en serait-il autrement pour les gigolos ? Cela étant dit, il est hypocrite (pour ne pas dire malhonnête) d'évacuer tout ce qui fait le sel de ce métier; à savoir la naissance et l'entretien d'une vraie relation. En effet, réduire la motivation à l'unique dimension pécuniaire serait nier l’importance de la relation humaine qui se noue entre l’homme et sa cliente.

 

Nous ne le répéterons jamais assez : bien que l'aspect financier reste un élément attractif, il serait trompeur de réduire les avantages d'une telle activité à l'argent généré. La base de ce métier consiste avant tout à aller à la rencontree d'une personne, avec tout ce que cela signifie en termes d’enrichissement personnel, d'imprévus et de bonnes ou mauvaises surprises. Véritable tremplin professionnel, l’activité de gigolo permet de s’affranchir de son environnement économique et social naturel et d’élargir ses propres perspectives en entrant dans un monde nouveau auquel nous n’aurions pas eu accès via une profession « normale ». Goûter au monde du luxe, des affaires ou de la nuit, voilà qui, d’un point de vue personnel, contribue à ouvrir son esprit et peut constituer le départ d’une nouvelle carrière par la suite.

 

 

Devenir gigolo, entre vocation et apprentissage

Finalement cette activité repose à la fois sur des qualités psychologiques propres (ce qui est "inné") et sur l'apprentissage de certaines techniques de base  permettant de s'adapter à toutes sortes de situations. La mécanique reste simple : l'homme va apporter une compagnie le temps d'une soirée, d'un weekend ou sur une durée plus longue et bénéficiera en contrepartie d'une rémunération. Une telle prestation suppose naturellement de savoir gérer différents types de scenarii et de pouvoir improviser le moment venu. Comme de nombreux métiers, celui-ci nécessite un apprentissage permanent et pousse les professionnels à toujours se remettre en question. Voilà qui demande rigueur, détermination ainsi qu'un haut degré de professionnalisme pour toujours satisfaire sa cliente qui, par définition, a un profil unique.

Si un tel métier s'exerce au grand jour outre atlantique, le chemin est encore difficile à gravir en Europe et en particulier en France, même si les mentalités commencent à évoluer au fur et à mesure.

 

Plus d'articles :